La Mondiale - Ericeira

mercredi 2 août 2017, par CHOFFÉ Jean-Luc | | |


Ou en étais-je ?
Ah oui, on arrive à Ericeira.
Longue interruption due à l’absence de wifi ces derniers jours.
Nous voici donc devant le portail d’entrée sur le site. Pour une raison inconnue celui-est fermé. Une longue file de 2CV attend sur la voie de droite. Nous sommes sur une voie rapide et les gendarmes réservent la voie de gauche à la circulation locale déjà fortement perturbée. Le portail n’ouvre toujours pas et la grogne monte. Finalement les deux voies sont occupées par les 2CV et toute circulation devient impossible. Le pauvre gendarme est totalement dépassé par la situation. Enfin le portail s’ouvre et nous pénétrons sur le terrain. C’est un terrain de camping ou chacun doit trouver une place pour monter sa tente et garer sa voiture. Nous sommes tous (le club) regroupés dans des petites cabanes pour 2 personnes. Installations.
Sanitaires propres mais insuffisants en nombre. Le camping est bondé.
Première visite sur l’espace commercial. Première déception. Il n’y a que très peu d’exposants : MCC, Burton, Lavrat et une société portugaise.
Côté touristique : les stands des candidats à l’organisation de la mondiale 2021 (la France, l’Italie et la Suisse).
Un lieu de restauration, une buvette, 2 marchands de glaces et de tee-shirts, c’est à peu près tout.
Pas de terrain pour rassembler et exposer les voitures. Elles restent dans le camping.
Pas de quoi rêver !
Les déceptions seront nombreuses quant-à l’organisation, mais nous en parlerons ultérieurement.
Une journée à Lisbonne. Des visites des villes voisines : Sintra, Mafra. Plage mais pas de baignade. Précisons d’ailleurs qu’en bord de mer il fait froid et que la polaire est souvent de rigueur.
Un peu de mécanique aussi : encore un moteur à refaire...
Il faut être honnête et reconnaitre que l’organisation de la parade jusqu’à Mafra était parfaite.
Bref les jours passent et avec les départs le camping se vide peu à peu.
Ce sont d’abord Philippe, Georges et Mario qui repartent hier matin vers la France, puis le reste de la troupe, ce matin, vers Evora, dernière étape de notre trajet commun.
Visite de la ville à l’histoire marquée par la présence romaine et arabe.
Dîner de fin de voyage dans restaurant typiquement portugais.
Demain matin retour vers la France avec chacun des itinéraires différents selon les destinations.
Que ceux qui n’ont pas pu venir à cette Mondiale soient rassurés, ils n’ont pas manqué grand chose. Heureusement nous avons passé de bons moments ensemble et en garderons le souvenir.
Toujours pas de photos, je rédige depuis la tablette.





    Site réalisé avec  S P I P - 2013 - SE CONNECTER
    Directeur de publication : Mario TAGLIONE (Président) - Webmestre : les adhérents